Philosophie générale

Projet d’école « à rayonnement musical »

Dans leur chapitre réservé à l’éducation artistique, les Socles de Compétences définissent très clairement les objectifs à poursuivre à l’école fondamentale :

« Les objectifs de l’éducation artistique s’intègrent naturellement dans les grands objectifs de l’enseignement. L’éducation artistique peut et doit y tenir sa place comme toute activité éducative ; elle est éveil dans son essence : éveil à soi, aux autres, au monde.

En initiant aux différents arts, l’école se doit de :

-          Sensibiliser à toutes les formes d’expression, notamment en exerçant les perceptions visuelles et auditives ;

-          Faire acquérir des techniques permettant d’accéder à la maîtrise objective des « choses de l’art », de se dépasser pour atteindre la créativité ;

-          Traiter et structurer les savoirs pour qu’ils deviennent transférables ;

-          Participer à la formation équilibrée pour que chacun découvre et construise sa personnalité.

Et, ce faisant, développer des comportements (autonomie, esprit critique, tolérance, …) tels que l’élève puisse acquérir une qualité de vie en devenant citoyen du monde, responsable donc libre. 

Bref, même si tous les jeunes ne peuvent devenir des artistes, du moins leur sensibilité peut-elle être éveillée pour provoquer quelque plaisir esthétique et des compétences peuvent-elles être développées pour qu’ils puissent explorer leurs capacités créatrices.»

Les Socles de Compétences ne faisaient que confirmer en la matière, en 1999, ce que les programmes successifs de la Communauté française de Belgique exprimaient depuis des décennies.

Et pourtant, force est de constater que les activités musicales sont trop souvent demeurées et demeurent encore l’un des parents pauvres du quotidien scolaire de nos enfants.

La faute prioritairement à une formation initiale des enseignants qui ne laisse qu’une part dérisoire à ces activités : dans les écoles normales, en trop peu de temps, on tâche en effet de dispenser quelques rudiments de solfège, on apprend quelques chansonnettes et on découvre quelques activités-types … Les étudiants, très souvent dépourvus de toute formation musicale personnelle, n’apprennent donc pas à maîtriser des notions fondamentales leur permettant d’explorer la richesse et la diversité des activités musicales et donc de les envisager –avec créativité, assurance et enthousiasme- dans leurs futures classes …

Le caractère humaniste des activités musicales semble également très éloigné des réalités concrètes des enseignants dont les missions multiples et complexes ne cessent de s’accroître.

Or, la tâche qui incombe à l’éducateur musical est loin d’être simple, surtout dans la formation de débutants, et ce quelle que soit la finalité de son enseignement. Il doit être en mesure de proposer une progression pédagogique construite et adaptée à ses groupes, tant aux niveaux vocal, psychomoteur et didactique que du point de vue solfégique, le cas échéant. Pour ce faire, une bonne maîtrise des compétences à enseigner est une des conditions primordiales. Parmi les savoirs et savoir-faire techniques et d’ordre culturel, une solide réflexion pédagogique est également nécessaire pour présenter une matière qui peut procurer à une classe de vrais moments de plaisir, tout comme des heures d’ennui mortel, selon la façon dont on l’aborde.

Forte de ces constats, consciente du nivellement par la culture de masse et de la perte des traditions culturelles, voilà de nombreuses années que l’équipe pédagogique de l’Ecole communale du Centre s’est engagée dans une analyse pointue de sa situation dans ce domaine et dans une réflexion approfondie sur les initiatives à mener pour donner aux activités culturelles et artistiques –et plus particulièrement musicales- la noble place qui est la leur à l’école.

D’initiatives simples mais essentielles (carnets de chants propres à chaque section, enregistrement des chants d’enfants et mise en ligne sur le site web de l’école, formations, rencontres, spectacles divers, achat d’instruments, activités parascolaires, …) en partenariats avec des acteurs culturels de qualité (Service éducatif de la Monnaie, Jeunesses musicales ou asbl ReMuA), l’enthousiasme collectif de toute notre communauté scolaire (professionnels, enfants et parents compris) n’a cessé de s’accroître …

Au-delà des collaborations actives avec les Jeunesses musicales (bi-mensuelles en section maternelle, spectacles en temps scolaire et extrascolaire), les projets « Chœur à l’école » (2011-2012 et 2012-2013) et « Orchestre à l’école » (2011-2012, 2012-2013, 2013-2014) menés avec l’asbl ReMuA ainsi que la participation exceptionnelle de nos élèves de 5ème et 6ème année primaire au Community Project de La Monnaie et à l’Opéra « Sindbad, a journey through living flames » (2013-2014) ou encore le projet "Cantania" mené avec Bozar (2014-2015) ont achevé de nous convaincre de l’intérêt supérieur de nos démarches.

Nul n’est en effet resté insensible à l’incidence des apprentissages musicaux sur les apprentissages scolaires et sociaux de l’enfant. La musique se confirme être un moyen d’expression privilégié de celui-ci et favoriser l’épanouissement de sa personnalité tout entière. L’expérience sonore et musicale permet au jeune enfant de parvenir à une relation harmonieuse entre les niveaux affectif, corporel et intellectuel. La pratique musicale met en jeu des facultés telles que l’écoute, l’attention, la mémoire, l’imagination, le rythme et aussi la rigueur, le goût de l’effort, le respect des règles, des autres et de soi-même. Ces exigences se retrouvent dans les autres matières enseignées dans le cadre de son éducation scolaire, et par extension dans le développement de sa citoyenneté.

La créativité est au centre de toutes les productions sonores et musicales, celles-ci permettant à l’enfant de la manifester et de la développer tout en s’épanouissant, en affirmant sa personnalité et sa sensibilité, et en continuant à grandir et à apprendre en toute confiance.

Enfin, dans un milieu scolaire privilégiant traditionnellement les intelligences linguistiques et logico-mathématiques, la pratique musicale peut également contribuer à un rééquilibrage des formes d’intelligence mobilisées. Cette situation, potentiellement plus gratifiante pour des enfants a priori moins performants dans les deux intelligences scolaires « traditionnelles », peut bien entendu constituer un pas supplémentaire vers une école de la réussite .

De telles expériences, de telles réflexions, de telles observations concrètes ont aujourd’hui pour effet de vouloir les inscrire définitivement « dans les gênes » de notre école, de faire de la musique la spécificité de notre projet d’établissement, de mettre en œuvre un projet pédagogique global, innovant et ambitieux, porté par une équipe éducative motivée et soudée autour de ses convictions, associant nos partenaires privilégiés et instaurant de nouveaux liens cohérents et pleinement justifiés avec l’Académie de Musique d’Uccle.

Notre volonté est de faire de l’Ecole communale du Centre, une école « à rayonnement musical » !

Alors que de tous temps et partout dans le monde, la musique et la danse semblent souvent spontanément présentes et profondément ancrées dans le quotidien et les traditions des peuples, celles-ci semblent, dans nos contrées, être une « affaire de spécialistes », plutôt réservées à une élite sociale et culturelle, enseignées de façon très académique … Nous souhaitons -quant à nous- proposer de la musique pour tous, non dédiée à des génies ou à des virtuoses, offerte à chacun de nos élèves, des plus petites classes maternelles aux grandes classes primaires … Un véritable cadeau au service d’une formation rigoureuse, ouverte sur le monde et respectueuse des spécificités de chacun.

FUVI0111ADANALSCD